Praticien certifié en Bilan de Compétences - Organisme de formation n°11910880991
La technique de la « demande » au service de la confiance en soi
La technique de la « demande » au service de la confiance en soi

La technique de la « demande » au service de la confiance en soi

La technique de la « demande » au service de la confiance en soi

Dans son livre Pouvoir illimité, Tony Robbins raconte qu’à la suite d’un séminaire il est allé prendre l’air dans un parc. Au cours de sa promenade il est interpellé par un homme (probablement un sans-abri) qui lui demande 10 cents. A cela le coach en confiance en soi nous raconte qu’il a sorti son portefeuille bien fourni en billets de 20 dollars et tandis que ces derniers étaient bien visibles il chercha une pièce de 10 cents. Une fois cette pièce trouvée, il lui tendit les 10 cents et rangea son portefeuille sous le regard atterré du demandeur. L’auteur de pouvoir illimité conclue cette histoire par ces mots :

« la vie ne vous donnera que ce que vous lui demandez, demandez-lui 10 cents et elle ne vous donnera que 10 cents… »
Tony Robbins

Demander pour avoir

Cette histoire m’avait beaucoup marqué et j’étais bien déterminé à en appliquer immédiatement les principes dans la vraie vie !

En effet, loin des long discours théoriques et ésotériques sur la confiance en soi je suis plutôt adepte des choses opérationnelles applicables tout de suite. Je me demandais : quelles actions entreprendre concrètement maintenant pour nourrir mon estime de moi et augmenter ma confiance en moi ? Parmi les actions que j’ai personnellement expérimentées il y a le fait de demander ou s’habituer à demander sans retenue. Cette action en apparence banale s’inscrit dans une démarche globale car elle va ouvrir la voie et permettre la réalisation d’objectifs beaucoup plus grands. L’idée est d’agir selon la méthode kaizen. Car, si l’on est impressionné par une demande que l’on pense impossible à concrétiser alors il conviendra déjà dans un premier temps de demander des « petites choses ». Des choses à moindre enjeu dans le but d’enclencher le dispositif et ainsi de s’entraîner.

Alors si vous aussi vous êtes pragmatiques et recherchez des actions concrètes à appliquer pour augmenter votre confiance en vous, je vous invite à vous habituer à demander. C’est une technique efficace qui fonctionne et qui possède certainement des vertus thérapeutiques.

Séances d’entraînement

Demande n°1

Un midi, j’entre dans mon restaurant japonais favori proche de mon lieu de travail et commande comme à l’accoutumée mon menu « MU7 ». Je m’installe et en attendant mon repas je tente malgré le brouhaha ambiant, de poursuivre la lecture de mon livre. La serveuse commence par apporter l’entrée : la traditionnelle soupe miso et une salade de choux. Je trempe ma cuillère dans le bol de soupe et constate que la soupe est tiède pour ne pas dire froide et pas assez chaude à mon goût. Je n’apprécie guère sur le coup puis j’essaye de me raisonner en me disant que ce n’est pas non plus quelque chose de dramatique (ce qui est vrai en soi) car après tout déjà je suis au restaurant et mon sentiment de gratitude devrait dépasser ce petit désagrément.

Tout ceci se déroule très vite dans mon esprit, j’observe le restaurant bondé, les serveuses qui vont et vient à toute vitesse et moi avec ma soupe qui ne me convient pas. J’allais presque laisser tomber quand après une rapide réflexion je décide de rappeler la serveuse pour lui demander de changer ma soupe. En me faisant la réflexion à moi-même : 

« si je ne suis pas capable de demander à changer ma soupe,
comment serais-je capable de changer ma vie ?!»

Demande n°2

Une autre fois j’étais à la cantine du restaurant d’entreprise et faisait la queue au stand de poisson. Lorsque vient mon tour le cuisinier me sert du saumon avec une cuillère de haricots verts. N’étant pas satisfait de la quantité d’haricots verts dans l’assiette, je demande : « pourrais-je avoir plus d’haricots verts s’il vous plaît ? (et ceci au risque de récolter un ‘’NON’’ ou bien de déplaire au cuisinier ou de subir les remarques désobligeantes des personnes qui font la queue après moi).

Pour moi à cette époque c’était déjà énorme de faire ce genre d’action alors
je commençais petit dans un terrain de jeu à peu près connu comme le restaurant

Conclusion

C’est ainsi que je m’habituais à demander systématiquement PLUS. Je ne ratais pas une occasion de demander des choses et ce dans pleins de situations différentes. Petit à petit j’élargissais ma zone de demande pour être à l’aise en toute circonstance.


L’enjeu est très simple : si je ne suis pas en mesure de demander plus d’haricots verts à la cantine, comment voulez vous que je puisse demander une augmentation ? demander une formation ? une évolution ou changer de métier ?

Cette technique simple en apparence est puissante et apporte des résultats pour celles et ceux qui se prêtent à l’exercice.

Commencez donc par demander à changer votre soupe si vous voulez changer votre vie ! 🙂

Partagez et dites moi en commentaire vos réactions.
Au plaisir de vous lire !

Ahmed

13 commentaires

  1. Bonjour Ahmed
    J’adore l’histoire du début et tes exemples personnels, c’est très parlant 🙂
    J’observe avoir plusieurs fois osé demander une réduction pour des formations que je finançais, et à chaque fois, ça a été accepté. En te lisant, je me dis que c’est un état d’esprit à avoir un peu au quotidien pour garder bien ça en tête.

    1. Bonjour Bastienne,
      Merci pour ton partage, je suis content que cela te parle et fasse sens chez toi. C’est exactement cela : un Mindset à avoir au quotidien.
      A très bientôt.

      Ahmed

  2. Je suis très inspirée par cet article ! C’est dingue car j’ai l’impression que j’ai une force en moi pour demander des gros trucs comme une augmentation par contre c’est très difficile pour moi de demander des petites choses comme changer une soupe !

    1. Merci Valériane,
      C’est rigolo en effet car l’idée que j’ai voulu développer est de commencer par des demandes à moindre enjeu pour pouvoir demander des choses plus « difficiles ». Mais à la lecture de votre commentaire je constate que vous avez déjà dépassé cette étape directement. c’est excellent; Bravo !

  3. En effet, s’entraîner à être exigent (dans le bon sens du terme !) sur des petites choses du quotidien permet de prendre confiance et d’adopter cette attitude de façon plus générale. Etre trop conciliant est souvent vu comme une marque de faiblesse ou un manque de caractère, c’est donc important de savoir exprimer ses besoins franchement tout en restant poli.

    1. C’est exactement cela Amandine, merci pour vos compléments. C’est un subtile dosage pour trouver un équilibre intelligent pour faire des demandes en effet.

      Merci pour votre commentaire.

  4. Ahah ! Très bons exemples ! Je ne sais pas si l’anecdote d’A. Robbins est véridique ou s’il l’a inventé mais je trouve qu’elle illustre à merveille le message de votre article. Effectivement, savoir oser demander (pour ne pas dire exiger) est le début d’une discipline qui peut changer la vie !

    1. Merci Nicolas,
      Je ne saurais répondre si l’anecdote est véridique, A Robbins l’a raconte dans Pouvoir Illimité.
      Oui la demande simple et banale peut être une première étape pour développer sa confiance 😉

  5. Bonjour, un article bref mais très efficace et très utile. Demander pour recevoir est la base et donc demander ce que l’on veut vraiment. J’ai du mal à demander dans les restaurants (peur de gêner, de passer pour quelqu’un d’exigeant…) mais c’est vrai que c’est se respecter soi et ses besoins. Je retiendrai cette phrase : si je ne suis pas capable de demander à faire réchauffer ma soupe dans un resto comment puis-je changer ma vie… Merci.

    1. Bonjour Sara,
      Merci beaucoup pour votre partage, content que cela vous parle 😉
      Oui c’est vrai, est-ce être exigeant que de simplement demander… sans exiger ?
      Au plaisir de vous lire
      Ahmed

  6. Cet article m’interpelle car je me reconnais dans ce qui est dit. On m’a toujours appris à me satisfaire de ce que j’ai mais la gratitude ne devrait pas empêcher d’en vouloir plus et d’être encore plus satisfait.

    1. Entièrement d’accord Samira. En effet gratitude ne doit pas entrer en conflit avec développement et demande.
      Merci pour votre commentaire.
      A bientôt

  7. Bonjour ! c’est marrant comme il s’agit de petits détails, mais qui ont tout leur importance. Il est vrai que j’aurais pu demander un peu plus d’haricots verts, mais au final, il se peu qu’au restaurant je me sois dit que cela n’est pas dramatique et que j’ai déjà de la chance d’être au restaurant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.